Pliez les jambes



Quand on va à un cours de yoga, on peut parfois se sentir intimidé par le professeur ou la personne à côté de nous. “Je n’arrive à rien faire”, “Mais comment font les autres?”, “Je suis nul(le)”, “Pourtant, ça n’a pas l’air si difficile quand il/elle le fait”.... L’esprit commence à se lancer sur une de ses activités préférées: se comparer aux autres.


Ce que nous ne savons pas, c’est que la personne d’à côté pratique probablement depuis plusieurs années ou alors elle a peut-être fait des années de danse ou de gymnastique depuis son enfance. Et probablement, cette personne a un corps qui est naturellement plus souple, des articulations avec une amplitude de mouvement différente à la nôtre. D’un point de vue anatomique, certaines personnes ne peuvent pas faire un grand écart facial (jambes ouvertes de chaque côté du tronc) tout simplement parce que leur articulation de la hanche ne permet pas à la jambe de s’ouvrir autant.


Alors, il est important de se rappeler que notre corps est tel qu’il est. C’est un produit de nos expériences, des activités que nous lui avons proposées (ou imposées), des émotions que nous avons ressenties… Si nous avions un autre corps, nous ne serions pas la personne que nous sommes aujourd’hui. Apprendre à accepter cela n’est pas une chose facile. J’ai longtemps renié mon corps. Soit il était uniquement un véhicule pour ma tête ou alors il représentait tout ce que je n’aimais pas chez moi. Le yoga m’a aidé à l’accepter et (plus important) à l’aimer tel qu’il est.


La pratique des asanas (postures) est un moyen de le faire. En observant notre corps et à l’aide de notre respiration, nous pouvons trouver les endroits de tension, mais aussi les mouvements et les postures qui nous font du bien. Nous pouvons créer de l’espace et accueillir ce qui vient. 


Votre corps est unique. Il vous permet tous les jours de respirer, de bouger, d’enlacer vos proches, de sentir l’air sur votre visage, de sourire, de parler… Faire la paix avec son corps signifie être conscient de tout ce qu’il vous donne, de le remercier en le choyant (moi par exemple, j’adore les massages!) et aussi de ne pas le juger quand il n’arrive pas à faire quelque chose. 


Imaginez que votre corps est comme un enfant. Vous n’allez pas lui crier dessus parce qu’il n’arrive pas à faire quelque chose. Vous allez lui apprendre, patiemment et avec amour. Et petit à petit, il arrivera. Ça prendra du temps, ou pas. Mais quoi qu’il en soit, vous serez toujours là pour lui. Alors, si vous ne pouvez pas toucher le sol (ou vos pieds) avec vos mains, pliez les jambes; si vous êtes fatigué(e), allez vous coucher ou faites une sieste; si vous tombez malade, soignez-vous. Votre corps apprendra, à son rythme.


Cela fait quatre ans que je pratique le yoga et je n’arrive toujours pas à faire certaines postures. Mais j’ai beaucoup progressé. Il faut dire que je partais de loin ! Aujourd’hui, pour moi, m'asseoir en tailleur pendant plus de 5 minutes est une grande victoire. Le chemin est long et il me reste beaucoup à parcourir. Mais le plus important est le ressenti, la respiration, ce que j’observe quand je suis dans une posture, mon discours intérieur. 


Regarder un élève, mon voisin de tapis, ou le professeur de yoga, faire une posture qui semble inaccessible au commun des mortels, est pour moi un moment de grâce. C’est comme regarder une belle peinture et l’admirer. Cette personne est unique et belle. Tout comme quelqu’un qui plie ses jambes pendant sa pratique, quelqu’un qui respecte, écoute, aime son corps et qui lui donne le temps et l’espace pour s’exprimer.

 

La comparaison n’existe pas car la beauté est partout, il suffit d’être attentif.


#yoga #yogapostures #pliersesjambesenyoga #acceptationdesoi #amourdesoi #yogatoulouse #acceptersoncorps #aimersoncorps #secomparerauxautres #posturesyoga #bodypositif

9 vues

+33 (0)6 24 27 12 90

  • Noir Icône YouTube

©2020 par Laura Arley. Créé avec Wix.com