Comment cultiver la patience pendant notre pratique de yoga grâce aux transitions ?


Être patiente n’a jamais été une de mes qualités. J’aime quand les choses vont vite, quand j’obtiens des résultats tout de suite, quand je sens que ça avance. Alors, à ma plus grande surprise, quand j’ai découvert la pratique des postures de yoga et me suis rendue compte du long chemin que j’avais à faire, j’étais vraiment soulagée.



Aujourd’hui, je sais que pour trouver mon équilibre, j’ai besoin de me « forcer » à trouver des moments où je ralentis, où je ne fais rien, où je me donne l’opportunité de prendre le temps et faire les choses lentement. Maintenant, je sais que ce soulagement que j’ai ressenti venait du fait que sur le tapis, j’avais le droit de ne pas aller vite ; j’avais le droit de ralentir et laisser les choses avancer à leur rythme ; je n’avais pas à faire autre chose qu’essayer et observer comment mon corps s’ouvrait un peu plus chaque jour, devenait plus fort et plus souple.


Dans la frénésie de notre vie quotidienne, notre pratique de yoga nous ouvre un portail où le temps est malléable et s’adapte à nos besoins. Nous pouvons choisir d’adapter nos mouvements et de prendre le temps.

« Les deux guerriers les plus puissants sont la patience et le temps. N'oublie pas que les grandes réalisations prennent du temps et qu'il n'y a pas de succès du jour au lendemain. »

Léon Tolstoï


C’est une intention qui est importante à cultiver et pour cela, j’aime bien jouer avec le rythme des transitions entre les postures. Parfois, on se focalise tellement sur la posture elle-même qu’on oublie comment notre corps y est arrivé. Tout comme dans notre vie quotidienne nous avons parfois tendance à vouloir arriver à destination le plus vite possible, nous pouvons bouger d’une posture à l’autre très rapidement sans se rendre compte du chemin parcouru.