ÊTRE SOUPLE

Mis à jour : févr. 11



Récemment j’ai testé un nouveau cours de yoga dans un studio qui vient d’ouvrir. Je commence à discuter avec le professeur et lui mentionne que je suis professeure de yoga depuis peu. On s’installe dans nos tapis et le professeur dit à un élève « Attention, on a une prof de yoga avec nous aujourd’hui ». Tout de suite je sens une boule au ventre et une de mes peurs refait surface. Je ne suis pas très souple et j’ai peur de décevoir les gens qui pensent que parce que je fais du yoga, je peux passer mon pied au-dessus de ma tête. Pourtant l’atmosphère est bienveillante, je sais que dans ce cours personne n’attend rien de moi. On est tous là pour la même chose : bien commencer la journée en pratiquant le yoga et nous accorder un peu de temps. Et comme si c’était nécessaire de me justifier, d’expliquer d’avance que s’ils attendent quelque chose de moi ils seront déçus, je réponds : « aujourd’hui je ne suis qu’une élève, et d’ailleurs je ne suis pas très souple ».


Le professeur me regarde, sourit et me dit : « c’est pas grave, t’es souple d’esprit ». Je me détends dès que j’entends cette phrase. Plus de pression, je peux profiter de ma pratique. Pendant toute la séance cette phrase revient. J’essaie d’être attentive aux nouvelles sensations, d’être ouverte aux nouveaux alignements indiqués, d’être présente et d’accepter ce qui vient.


Les postures de yoga sont exigeantes. Que l’on pratique depuis un mois ou depuis des années, une posture est toujours nouvelle pour notre corps. Parce que notre corps, notre énergie et l’environnement changent constamment. Nous pouvons prêter attention à une partie du corps spécifique en trikonasana, la sensation sera différente, nous découvrirons cette posture sous un autre angle. Nous pouvons aussi aller plus loin dans une posture, ou essayer d’en faire une nouvelle. Alors, à chaque fois que nous déroulons notre tapis, tout est nouveau. C’est pour cela qu’il est essentiel de garder un esprit ouvert, d’être à l’écoute, d'aborder sa pratique avec humilité, comme si c’était la première fois que notre corps rentrait dans les postures. Parce que c’est en gardant un esprit souple que notre corps le devient. C’est en restant attentif aux sensations, aux signaux que nos muscles, nos respirations et nos articulations nous envoient, qu’on peut donner de la placer à notre corps pour s’ouvrir et pour aller plus loin. C’est en acceptant d’où on part que l’on peut vraiment commencer à évoluer.


Dans la vie, c’est pareil. Chaque jour est un nouveau cycle. Même si nous avons une routine et répétons les mêmes gestes tous les jours, nous avons le pouvoir de faire de chaque expérience, une aventure nouvelle. Nous sommes toujours capables d’observer comment nous nous sentons, ce qui a changé depuis la dernière fois, ou tout simplement trouver des nouveaux moyens, des nouvelles méthodes. Nous pouvons embrasser nos chers avant de partir au travail et le faire par reflexe, machinalement. Mais nous avons aussi le choix de le faire consciemment, de porter notre attention sur ce moment de rapprochement, d’observer l’impact que ce simple geste d’amour a sur nous. C’est un exercice que j’essaie de pratiquer tous les matins quand je dis au revoir à mon chéri. Quand je le fais vraiment, je suis consciente de la chance que j'ai d'être avec lui, je ressens, en cumulé, tout l'amour de nos 10 années de relation; je sens que mon amour est en expansion.

Cette souplesse nous permet de grandir, d’avancer et de découvrir nouvelles choses. C’est parce que l’on garde un esprit ouvert et une curiosité d’enfant que nous pourrons, peut-être un jour, arriver à mettre notre pied au-dessus de notre tête et non l’inverse. C’est parce qu’on est souple d’esprit que nous pourrons vraiment avancer dans notre chemin de vie.



gif

#souplesse #etresouple #articleyoga #yoga #yogatoulouse #yogafrance #philosophieyoga #ouverturedesprit #souplesseesprit #soupleenyoga #posturesyoga

+33 (0)6 24 27 12 90

  • Noir Icône YouTube

©2020 par Laura Arley. Créé avec Wix.com